Dominic Stricker : la confirmation espérée

L’aventure continue pour Dominic Stricker (ATP 419). Au lendemain de sa victoire devant Marin Cilic, le Bernois s’est imposé 7-5 6-4 devant Marton Fucsovics (ATP 44) pour se hisser en quart de finale du Gonet Geneva Open.

Ce jeudi, Dominic Stricker aura l’occasion de venger… Roger Federer avec son affrontement contre Pablo Andujar (ATP 75). Même si le métronome valencien a démontré toute sa bravoure mardi contre l’homme aux vingt titres du Grand Chelem, Dominic Stricker ne part pas battu d’avance. Le Bernois peut, en effet, faire jaillir la foudre de son bras gauche. Ainsi face à Marton Fucsovics, victorieux de ce tournoi il y a trois ans, il est parvenu à dicter les opérations grâce à son coup droit et grâce à ses accélérations fulgurantes en revers.

Dans cette rencontre interrompue à deux reprises en raison des averses, Dominic Stricker a témoigné d’une maîtrise nerveuse remarquable. Son sang froid dans le “money time” a contrasté avec la fébrilité du Hongrois qui a perdu les deux sets sur deux doubles fautes. “J’ai su rester calme”, souligne avec raison le Bernois.

Quart de finaliste de son premier tournoi ATP Tour deux mois après son succès au Challenger de Lugano, Dominic Stricker marche sur les traces de Marc Rosset. En 1989, le Genevois avait cueilli le titre à 18 ans au Parc des Eaux-Vives pour lancer une carrière qui fut magnifique. “Il reste encore de très bons joueurs dans le tableau”, lâche toutefois Dominic Stricker lorsqu’on lui demande si l’exploit est possible. La route est, c’est vrai, encore longue mais Dominic Sricker veut croire qu’il peut la suivre jusqu’au bout.